Paracha Vayigach

0

mai 14, 2012 par Sivann

vaygach

VAYIGACH

« Il s’approcha »

 

Réconciliation et retrouvailles sont au programme cette semaine dans notre paracha Vayigach !

 

Yossef était devenu vice roi en Égypte.

Nous l’avons vu dans la paracha précédente, la paracha Mikets, les frères de Yossef descendirent en Egypte et se présentèrent devant lui pour demander de la nourriture.

Yossef les reconnut tout de suite.

Ses frères, en revanche, pas du tout, Yossef avait tellement changé !

Mais Yossef voulu attendre avant de se dévoiler, il voulait sonder le cœur de ses frères en leur demandant une nouvelle chose : garder Benjamin avec lui…

Ses frères ne pouvaient pas faire une chose pareille à leur père!

Pour Yaacov, Benyamin était le seul fils qui lui restait de sa femme Rahel, il n’était donc pas question pour eux d’abandonner leur petit frère.

Alors « Vayigach » : Yehouda « s’approcha » de Yossef pour lui proposer de se sacrifier comme esclave à la place de son jeune frère.

Il implora Yossef le vice roi la libération de Benjamin.

Devant cette scène, ce dernier ne put que constater la sincérité et la loyauté de ses frères, ils avaient véritablement fait techouva.

C’est donc après plusieurs tests que Yossef décida finalement de révéler à ses frères sa véritable identité.

Grand tsadik qu’il était, il prit soin d’abord de faire sortir de la salle tous les serviteurs et tous les égyptiens afin que ses frères n’éprouvent pas de honte et ni se sentent humiliés en public.

Comment annoncer une telle nouvelle sans les effrayer ? se demanda Yossef.

Il eut une idée :

« Je dois rappeler un de mes serviteurs, leurs dit-il, j’ai besoin de lui demander quelque chose :

« Yossef ben Yaacov ! Vient ! » Appela t-il

Ses frères, étonnés, regardèrent de tous les cotés, s’attendant à voir leur frère disparu.

« C’est moi mes chers frères, je suis Yossef votre frère, mon père est-il toujours vivant ?» entendait-on alors de la bouche du vice roi en pleurs.

Il vît dans les yeux des ses frères de la peur, tous étaient frappés de stupeur.

Les frères de Yossef comprirent en effet que leur frère, pour avoir reçut d’Hachem et aussi survécut à de si importantes épreuves, était un grand homme, un très très grand tsadik.

Pour les rassurer Yossef leurs dit :

« N’ayez aucune crainte, je ne vous reproche rien, c’est Hachem qui a voulu me donner ce parcours

Pour nous sauver de la terrible famine

Gamzou lé tova, tout ce qu’Hachem fait est pour le bien »

 

« Allez chercher notre père pour que nous puissions à nouveau être réunis,

le Pharaon nous donnera des terres pour nous installer »

Les frères, chargés de présents, s’empressèrent de retourner en Canaan pour y apporter la bonne nouvelle.

C’est Séra’h, la fille d’Acher, qui eu l’honneur d’annoncer à son grand père Yaacov que son cher fils, Yossef, était vivant !

Elle prit un kinor, l’ancêtre du violon, et chantât avec beaucoup de douceur et de précaution la merveilleuse nouvelle à son grand-père.

Pourquoi ce doux chant ?

Vous vous souvenez de cet épisode les enfants lorsque les frères de Yossef, jaloux, le jetèrent dans un puits ? Ils dirent par la suite à leur père que Yossef avait été tué par une bête sauvage ces vilains !

Nous pouvons revoir cela en relisant la paracha Vayechev.

Yaacov croyait donc son fils mort ! Quelle fût sa surprise lorsqu’il apprit que Yossef était bien vivant !

Un tel scoop !

Il lui fallait bien la délicatesse de sa petite fille Séra’h pour entendre une si surprenante nouvelle!

 

Comme l’avait promis Hachem à Avraham au Brit Bein Habetarim, toute la famille de Yaacov, au nombre de 70, descendit en Egypte pour rejoindre Yossef.

Mais avant de partir notre Yaacov envoyât d’abord Yehouda pour y fonder une Yechiva pour que tous, surtout les enfants comme vous, puissent étudier à leur arrivée.

Ils appelèrent cette Yechiva « la Yéchiva Gochen » car ils choisirent de vivre dans la province fertile de Gochen, à l’écart des égyptiens.

 

 

Sur son chemin, il reçoit la promesse de D.ieu « N’hésite point à descendre en Égypte, car Je t’y ferai devenir une grande nation. Moi-même Je descendrai avec toi en Égypte ; Moi-même Je t’en ferai remonter ».

 

Et devinez ce qu’il arrivât lorsque Yaacov posât ses pieds en Égypte ?

La famine cessa dès son arrivée, quel braha du tsadik !

Yaacov donna à Pharaon la braha du Nil qui en débordant abreuva et fertilisa toute l’Egypte.

 

Après 22 ans de séparation, Yossef courût accueillir son père.

Se retrouver après tout ce temps, quelle intense émotion…

Hatikva, l’Espoir.

Toujours garder espoir les enfants !

Avoir confiance en la réalisation d’un avenir plus favorable, que ce soit précis ou non dans nos petites têtes c’est de la émouna, de la confiance en Hachem!

Hatikva, « l’Espoir » en hébreu, c’est notre hymne, l’hymne d’Israel depuis sa création en 1948 :

Aussi longtemps qu’en nos cœurs,
Vibrera l’âme juive,
Et tournée vers l’Orient
Aspirera à Sion,
Notre espoir n’est pas vain,
Espérance bimillénaire,
D’être un peuple libre sur notre terre,
Le Pays de Sion et Jérusalem.

 

L’espoir est retrouvé pour notre Yossef, toute sa famille est à nouveau réunit !

Hachem leur promet, nous promet, une destinée extraordinaire…


0 commentaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>